Skoog ! Un nouvel instrument de musique

0 Comment

Skoog est un instrument de musique sans fil, tout mou, de forme cubique, augmenté de demi-sphères cerclées d’une couleur. Connectable à quasiment n’importe quel iOS device, il fonctionne aussi avec les Mac en filaire.

Mis en avant par l’AppleStore lors de la sortie en grande pompe de la page consacrée aux accessoires destinés à l’accessibilité, le Skoog m’a tapé dans l’œil. Je dois reconnaître que j’ai été agréablement surpris de la réactivité de Skoog Music pour me permettre de tester cet instrument original. En ce qui concerne ma réactivité à vous en parler, c’est une autre histoire !

Avant d’entrer dans le dur, je précise que ce billet est le premier d’une série. Je prévois de mettre le Skoog entre les mains de professionnels de la santé et de l’éducation : orthophoniste et psychomotricien. Ce, afin d’ajouter à mon regard de professeur de musique, celui de ces professionnels des troubles de l’enfant, notamment. Si c’est donc cette partie qui vous intéresse, je vous invite à revenir sur le site dans les semaines / mois à venir.

Tour d’horizon

Voici une vidéo présentant les différentes facettes de l’appareil ainsi que les sons et gammes possibles avec l’app compagnon.

Forme cubique entouré de demi-sphères disais-je. Il s’agit en fait des surfaces d’action du Skoog. En effet, chaque demi-sphère produira un son différent, soyons plus précis : une hauteur, tandis que les sons, les banques sonores seront choisies dans l’app.

La vidéo de l’app étant catastrophique, voici une galerie de tous les menus :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À l’intérieur de l’app compagnon éponyme (lien de l’app), on pourra choisir des banques de son, des notes à associer à chaque sphère et des gammes.

On notera aussi la possibilité de synchroniser la tonalité du morceau sur lequel on joue, avec la tonalité du Skoog.

Tonalite-skoog-edmusipad

Modes de jeu, lien avec les apps MIDI

En terme d’interactivité ou de modes de jeu, on peut effleurer (plutôt fortement), tapoter, enfoncer, tordre. On soulignera d’une part la réactivité et la quasi absence de latence ainsi que la vélocité. Deux arguments importants pour considérer le boîtier comme un instrument de musique. Par contre, point de polyphonie !

Une petite vidéo qui montre tout cela :

On voit aussi la possibilité d’utiliser le Core MIDI et donc de déclarer le Skoog comme contrôleur de nombreuses apps capables de recevoir des données de l’engin.

Enfin, le fait de pouvoir mélanger le son audio de l’app compagnon et les données MIDI ouvre un champ de création sonore intéressant.

Skoog et éducation musicale ?

Il apparaît évident que le coût du Skoog (280€ même si un prix Educ existe) le relaie à un public de niche. Cela est bien dommage mais nous verrons dans les billets relatifs à accessibilité l’intérêt qu’il recouvre pour des patients souffrant de troubles.

Si l’on occulte donc ce paramètre, il apparaît quelques idées d’usages :

– Interprétation d’une mélodie basée sur un maximum de 5 notes (ligne de basse, Riff…)
– Étude de la pentatonique
– Création de mélodie
– Improvisation
– Création sonore (en mixant les apps)
– Interprétation de rythme (ce n’est pas la meilleure activité à mon sens)
– Interprétation des nuances

Très concrètement je l’ai utilisé en classe pour l’improvisation :

Et je planifie son usage pour les nuances, en association avec des percussions, un piano…

La suite ?

Comme précisé au début du billet, je vais le mettre entre les mains d’une orthophoniste et d’une psychomotricienne afin d’ouvrir le regard sur l’engin ces professionnels et ainsi souligner l’intérêt qu’il peut revêtir dans ces cadres car le Skoog est en effet conçu notamment pour des patients souffrant de troubles divers.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :