Drone de chef d’orchestre, un projet pour l’inclusion

0 Comment

Présentation de mon projet « Quand le drone devient vecteur de création musicale » aussi connu comme « Drone chef d’orchestre ». Conçu pour un élève en situation de handicap, ce projet atteint la maturité, il était donc temps de vous en reparler.

Drone d’origines

Plutôt que de faire un long blabla à nouveau je vous propose une vidéo de moins de 3 minutes présentant le projet ou le billet que voici :

Ce que je ne souligne pas dans la vidéo concerne le domaine des compétences. L’origine du projet est intervenue lors d’une séquence sur l’orchestre. Je cherchais à ce que les élèves prennent conscience des pupitres, du fait d’assumer son rôle dans un contexte d’ensemble et expérimentent la position de chef d’orchestre. Ces trois objectifs ont pu être mis en oeuvre au cours du projet en position d’acteur.

On a gagné un concours !

Alors que j’avais pensé ce projet pour ma classe sans en parler plus que ça (hormis à ma team #edmus qui m’a aidé à l’imaginer), un élément déclencheur l’a fait complètement basculé. Un intermédiaire (merci Caro) a communiqué ce projet à mon IPR. Cette dernière l’a communiqué aux CARDIE qui m’a demandé de postuler à la journée de l’innovation 2016 puis à Didactica !

De fil en aiguille, ce projet a fait le tour de France. Je l’ai présenté dans de multiples contextes pour finalement participer au concours Didactica. Nous avons remporté un prix dernièrement et nous avons réalisé un Vlog avec mes élèves que voici :

Je dois souligner que Madame la Rectrice de l’académie de Toulouse a eu des mots particulièrement encourageants et bienveillants sur notre travail. Des mots plus qu’appréciés !

Bilan

Même si le projet n’est pas parfait, sa vocation à inclure un élève en situation de handicap et son originalité à mélanger drones, objets connectés, smartphones et soundpainting en fait un projet que beaucoup nomment innovant. Au-delà de cette labélisation, ce que je retiens est d’une part la difficulté pour les élèves à cesser de faire sonner leurs instruments (!!!) et une fois cette maitrise faite, la capacité à jouer au bon moment. Il faut dire que lorsque le projet commence, tout est fait de façon vocale et tout va bien. Mais lorsque les instruments entrent en jeu, tout semble à refaire ! Cet écart entre le vocal et l’instrumental est plus que formateur et je pense qu’il revêt en réalité la compétence fondamentale développée pour les élèves dans ce projet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :